Historique

 

Le bassin du Lac Lovering s’est formé suite au retrait des glaces de l'ère glacière et l’érosion qui façonnèrent le terrain, entraînant l’écoulement des eaux des massifs de ses rives dans un ruisseau jusqu’à la baie de Fitch. Au début du 19ième siècle, de nombreux américains profitèrent de prix avantageux au Bas-Canada pour se porter acquéreurs de grandes étendues près du lac Memphrémagog.

 

L’un des acquéreurs se nommait Horace Lovering.  Né en 1828, fils de Hod Lovering,  un pionnier de la région originaire d’Angleterre, Horace avait quitté les États-Unis pour venir s’installer dans les Eastern Townships. En 1856, il fit l’acquisition de la partie des terrains de la British American Land sur laquelle se trouvait un ruisseau.  À partir de cette époque, on désigna ce ruisseau sous le nom de «Ruisseau Lovering», même s’il comprenait également des petits lacs dont le «Crystal Cove».  (Le nom «Crystal» était commun dans ces temps pour caractériser la clarté des eaux. Pour cette raison, nous retrouvons également le «Crystal Pond» dans la vallée au nord de Stanstead.)

En 1925, la Southern Canada Power érigea un barrage sur le Ruisseau Lovering. Ce barrage provoque un relèvement du niveau des eaux du ruisseau d’environ quatre pieds, de sorte que le ruisseau, les petits lacs, incluant le «Crystal Cove», deviennent un seul lac d’une longueur d’environ six kilomètres : deux kilomètres sur le territoire de la Municipalité du Canton de Stanstead, et quatre kilomètres sur celui de la Ville de Magog. Le Lac Lovering tel que connu aujourd’hui était né, permettant aux acquéreurs de terrains riverains d’y ériger jusqu’à ce jour un grand nombre de résidences.

 

Afin d’assurer le contrôle du niveau des eaux du lac, la Municipalité du Canton de Stanstead se porte acquéreur du barrage en 1962 et en demeure toujours propriétaire à ce jour, tandis que la Société deconservation du Lac Lovering en assure le contrôle de la qualité.

 

Source: Carmin Pomerleau